Prières du jour

Ô Dieu notre Créateur, source de toute vie, je viens à toi, ta créature fragile, te rendre grâce pour le don de ma vie. Que tout mon être, éclairé du regard qui aperçoit ta splendeur dans la création, proclame ta louange.

Ô Jésus, fidèle Parole du Dieu vivant, qui mène les desseins du Père à leur accomplissement, fais-moi puiser l’espérance, au milieu de mes épreuves, dans tes œuvres de rédemption, qui se réalisent par les sacrements de l’Église. Augmente en moi la foi.

Jésus, Fils de David, tu as guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, relevé des paralysés et des morts, aie pitié de moi et relève-moi de la paralysie de l’espérance, rends moi la lumière de la foi et guéris en mon cœur la maladie d’un amour blessé. En réponse à ton amour, je veux commencer à t’aimer, ouvrir les yeux pour contempler ton œuvre et me lever pour servir mon prochain et sortir ainsi de mes ténèbres, pour éclairer le monde de la lumière de ta sainteté. Amen.

Advertisements

Prières du jour

Seigneur, nous te demandons de te révéler à nous, de nous montrer ton cœur plein d’amour, de nous aider à te connaître intimement. Qu’à l’école de Marie ta mère, elle qui te connaît mieux que tous, nous apprenions à te rencontrer personnellement et intimement, à nouer avec toi une profonde et vraie amitié.

Jésus, je te loue pour ce que tu es, mon Dieu et mon Sauveur. Je te loue, parce que tu n’as de cesse de m’aimer. Merci de m’enseigner le chemin vers le Père, un chemin d’amour envers le prochain. Merci, car tu m’as donné l’exemple, et que tu ne m’as pas laissé seul pour vivre ce commandement de l’amour, mais tu m’as envoyé l’Esprit Saint, force et consolation dans l’épreuve. Je te remercie tout particulièrement parce que même si je « devais passer en jugement » pour t’avoir insulté et ne pas t’avoir respecté, avoir renié ton amour devant les autres, à chaque fois tu es prêt à me donner une nouvelle chance, à me pardonner en confession, à me relever et à continuer à veiller sur moi. Marie, donne-moi ta force et ton courage pour répondre à l’amour de Jésus pour moi avec amour.

Prières du jour

Seigneur, je crois en la vie éternelle, je crois en la Résurrection. Tout ne s’arrête pas en ce monde. Au contraire, je crois que la véritable vie ne commencera qu’après la mort.

Seigneur, merci d’être venu pour nous ouvrir les portes du Paradis. Merci d’être allé nous préparer une place dans la maison de ton Père. Je crois que tu m’attends vraiment, que tu veux que je vienne près de toi au Ciel.

Méditation pour le dimanche de la Sainte Trinité

Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont d’une seule substance et d’une inséparable égalité. L’unité est dans l’essence, la pluralité dans les personnes. Le Seigneur indique ouvertement l’unité de la divine essence et la trinité des personnes quand il dit : “Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit”. Il ne dit pas “dans les noms” mais “dans le nom”, par où il montre l’unité de l’essence. Mais il emploie ensuite trois noms, pour montrer qu’il y a trois personnes. Dans cette Trinité se trouvent la suprême origine de toutes choses, la beauté très parfaite, la joie très bienheureuse. La suprême origine, comme le dit saint Augustin dans son livre sur la vraie religion, c’est Dieu le Père, de qui viennent toutes choses, de qui procèdent le Fil et le Saint Esprit. La beauté très parfaite, c’est le Fils, la vérité du Père, qui ne lui est dissemblable en aucun point, que nous vénérons avec le Père et dans le Père, qui est le modèle de toutes choses, parce que tout a été fait par lui et que tout se rapporter à lui. La joie très bienheureuse, la souveraine bonté, c’est le Saint Esprit, qui est le don du Père et du Fils ; et ce don, nous devons croire et tenir qu’il est exactement pareil au Père et au Fils.

En regardant la création, nous aboutissons à la Trinité d’une seule substance. Nous saisissons un seul Dieu : Père, de qui nous sommes, Fils, par qui nous sommes, Esprit Saint, en qui nous sommes, Principe, à qui nous recourons ; modèle, que nous suivons ; grâce, qui nous réconcilie.

– Sermons pour le dimanche et les fêtes des saints (trad. Bayat, Eds. franciscaines)