Méditations sur l’Évangile d’aujourd’hui

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 7, 21-27

Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux.
Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.
Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

Méditations

Ce passage de l’Évangile de saint Matthieu conclut le discours sur la montagne, qui avait commencé avec les béatitudes. Ce discours, constitué de conseils qui touchent différents thèmes, comme la prière, le pardon, l’abandon à la Providence, se termine donc avec cette petite parabole, où nous voyons un homme qui construit sa maison sur le roc, qui est l’homme qui construit sa vie en suivant les conseils de Jésus ; et un autre qui construit, lui, sa maison sur le sable, tel l’homme qui vit sans tenir compte de ce que Jésus a dit.

Devant Jésus, et devant ses paroles, il y a donc un choix à faire, un parti à prendre. Et cela, on le voit dès le début de la vie de Jésus. Dès sa naissance, des personnes l’accueillent avec joie, et d’autres à qui sa venue fait peur, vont s’opposer à lui. Les bergers et les rois mages, qui ont reçu, par des moyens différents, la nouvelle de la venue au monde de Jésus, viennent lui rendre hommage et se prosterner devant lui. Tandis qu’Hérode, qui régnait alors sur la Palestine, apprenant que Jésus est né, prend peur, et décide de le tuer, jusqu’à provoquer le drame du massacre des innocents.

Ce choix, nous aussi nous devons le faire. Les paroles de Jésus ne peuvent pas nous laisser indifférents, car ce sont des paroles qui concernent notre vie, parfois jusque dans ce qu’elle a de plus concret. Les enseignements de Jésus, sur le détachement du cœur des biens de ce monde, sur le pardon, sur la confiance en Dieu, sur la charité envers le prochain, nous pouvons choisir, ou non, de les vivre. Si nous le faisons, nous serons comme cet homme qui bâtit sa maison sur le roc. Elle ne sera peut-être pas parfaite du premier coup, mais au moins elle sera solide, elle ne s’effondrera pas au premier coup de vent. Tandis que si nous choisissons de ne pas tenir compte de ce que nous dit Jésus, et que nous préférons suivre notre propre manière de voir les choses, nous pourrons avoir l’impression de bâtir une belle maison, mais quand surviendra une épreuve suffisamment importante, le matériau avec lequel nous avons bâti notre vie, comme la maison de cet Évangile, a de grandes chances de s’écrouler.

Frère Jean Marie Fornerod, LC

Advertisements

Méditations sur l’Évangile d’aujourd’hui

Lecture de l’Évangile selon saint Luc, chapitre 19, 1-10

Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l’interpella : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s’avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Méditations

Zachée, une « apothéose » d’impiété. Zachée était un personnage odieux. Collaborateur du régime oppresseur, il s’enrichissait sur le peuple opprimé, principalement sur les plus faibles : personnes âgées, jeunes familles… Non seulement il s’était établi dans une vie luxueuse avec de l’argent malhonnête, mais il contribuait, par son comportement, à la corruption du peuple. Ici il ne s’agit pas d’une parabole, mais d’un fait réel, d’ailleurs très courant dans toutes les époques de l’histoire. Notre monde ne connaît-il pas ce sévère clivage entre les puissants et les indigents ? Sous couvert d’activité commerciale légale, les Zachée de tous les temps profitent de la pauvreté des peuples, pour l’exploiter à leur profit.

En-deçà des jugements que je peux avoir sur ce mal, il est utile de porter un regard sur le péché – même, y compris lorsque je m’estime être victime d’une injustice. À partir du moment où j’ai accès et où je jouis des biens de ce monde et de l’argent, qui est leur mesure, j’ai pu toucher à ces unités qui ont couvert des affaires sales, quelque part dans le monde. Le péché est comme l’argent : en vertu du péché originel, nous sommes tous partiellement responsables du péché. L’œuvre de rédemption du Christ démontre par excellence que Jésus, dans son humanité, s’est fait péché, pour mourir au péché et faire renaître le genre humain à la grâce.

Jésus, la pitié de Dieu en personne. Qu’est-ce qui aura éveillé en Zachée la curiosité de rencontrer Jésus lors de son passage par Jéricho ? Deux faits sont certains : premièrement, un jugement sévère de Jésus sur ce vilain pécheur n’aurait pas motivé celui-ci à ouvrir son cœur et à réparer sa faute, mais aurait probablement contribué à le fermer davantage ; deuxièmement, Jésus est la seule autorité morale à tel point irréprochable, qu’il interpelle et secoue la conscience. Jésus, qui n’est pas dupe de la situation morale de Zachée, se montre néanmoins intéressé par ce personnage qui s’est exposé, par sa curiosité, au regard pénétrant du fils du Maître.

L’iniquité de Zachée fait ressortir, par contraste, la puissance de la miséricorde de Jésus. Jésus est mort pour les misérables pécheurs, non pas pour les justes, ni pour les savants, ni pour les médiocres. Expression de la pitié de Dieu, Jésus est venu chercher et sauver ce qui était perdu. Le cœur de Zachée, comme celui de tout homme, a soif de Dieu, comme le cerf a soif d’eau vive (cf. Psaume 41, 2). Ce cœur est le lieu où l’Évangile peut triompher et rompre, de l’intérieur, la carapace que son comportement mauvais a forgée.

L’histoire se répète. D’une part, les prétendus justes, engagés pour la foi ; d’autre part, les prétendus pécheurs, publicains. Le Pharisien et le Publicain dans le Temple ; le frère aîné et le frère cadet dans la parabole du fils prodigue… Où est-ce que je me positionne ? Zachée reçoit Jésus avec joie et, d’un cœur repenti, se résout à restituer l’argent extorqué : lorsque je communie, ai-je un cœur repenti ? Est-ce que je reçois Jésus avec joie ?

Les justes jugent Zachée ; ils jugent Jésus qui est allé demeurer dans sa maison. Saint Paul prononce ce sérieux avertissement : « Et toi, l’homme qui juge ceux qui font de telles choses, et qui les fais toi-même, penses-tu échapper au jugement de Dieu ? Ou bien méprises-tu ses trésors de bonté, de patience et de générosité, en refusant de reconnaître que cette bonté de Dieu te pousse à la conversion ? » (Romains 2, 3-4).

Résolution

Je poursuivrai la lecture du chapitre 2 de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

Méditations sur l’Évangile d’aujourd’hui

Évangile selon St Luc, chapitre 7, 31-35

À qui donc vais-je comparer les gens de cette génération ? À qui ressemblent-ils ?
Ils ressemblent à des gamins assis sur la place, qui s’interpellent en disant : “?Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé. Nous avons chanté des lamentations, et vous n’avez pas pleuré.” Jean le Baptiste est venu, en effet ; il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin, et vous dites : “C’est un possédé !” Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” Mais, par tous ses enfants, la sagesse de Dieu a été reconnue juste.

Méditations

Jésus veut ici illustrer une situation en utilisant une petite parabole. Un groupe d’enfants se trouve sur une place d’une certaine ville. Certains commencent à jouer de la musique, d’abord joyeuse, puis triste. Or ceux qui écoutent ne semblent satisfaits ni par l’un ni par l’autre style de musique.

Cette petite parabole peut sembler obscure. Aussi Jésus l’explique-t-il aussitôt. Jean-Baptiste qui jeûnait, se fait traiter de possédé. Jésus, lorsqu’il ne jeûne pas, se fait traiter de débauché. Ainsi Jésus fait bien ressortir un point. En réalité, l’opposition à Jean-Baptiste et à Jésus n’est pas due à une question de jeûne. Il y a un problème plus profond. Celui de ne pas vouloir accueillir la voix de Dieu lorsqu’elle essaie de se faire entendre.

Cette situation se répète d’une certaine manière pour nous tous. Dieu nous parle, et parfois nous faisons tout ce qui est possible pour trouver un prétexte afin de ne pas l’écouter, et ne pas devoir conformer notre vie à ce qu’il nous demande. Voilà pourquoi un examen de conscience sérieux est nécessaire de manière régulière, afin de voir si, à cause de notre peur de changer certains aspects de notre vie, de notre peur d’une véritable conversion, nous n’utilisons pas de faux prétextes pour ne pas écouter ce que Dieu veut nous dire, ce que Dieu nous demande.

Résolution: Faire un bon examen de conscience.

Frère Jean Marie Fornerod, LC