Quelques prières de Carême

Dieu, vous m’aimez comme votre propre enfant. Faites que je conforme ma vie à la vôtre afin que je puisse accepter votre enseignement et vos directions. Je suis très reconnaissant de tout le support que vous m’offrez dans ma vie, maintenant et dans la vie éternelle que vous préparez pour moi. Je vous supplie de m’envoyer l’aide de votre Esprit Saint dans ma vie aujourd’hui.

 

Dieu d’Amour infinie, je vous remercie pour ce rappel de votre Amour et votre appel à être davantage patient, tendre et compatissant avec les autres. Ici, au milieu du Carême, je me tourne vers vous et je vous supplie de m’aider. S’il-vous-plaît, adoucissez mon coeur. Aidez-moi à cesser de juger les autres.

 

Dieu de miséricorde, libérez votre Église des péchés du monde et protégez-nous du mal que nous voyons et le mal que nous préférons ignorer. Nous avons besoin de vos directions, Seigneur. Nous ne pouvons pas faire cela seuls. Seulement avec votre aide, nous pouvons être sauvés. Merci pour ce désir de nous sauver et pour nous aimer.

 

 

Réflexions sur la Pentecôte

Duccio_di_Buoninsegna_018
La Pentecôte (Duccio di Buoninsegna, 1308-1311)

L’esprit du Seigneur remplit l’univers, et lui qui englobe toutes choses, sait se faire comprendre des hommes et des femmes de toutes langues, alléluia (Sg 1, 7)

Les disciples furent remplis de l’Esprit Saint, pour aller proclamer les merveilles de Dieu, alléluia (Ac 2, 4.11)

Qu’est-ce que la Pentecôte ? C’est le 50e jour après la Résurrection où Jésus glorifié répandit en abondance sont Esprit et se révéla, de façon manifeste, comme étant une des personnes divines de la Sainte Trinité. La mission du Christ et de l’Esprit devinrent la mission de l’Église qui est envoyée pour proclamer le Bonne Nouvelle.

Le jour de la Pentecôte (au terme des sept semaines pascales), la Pâque du Christ s’accomplit dans l’effusion de l’Esprit Saint qui est manifesté, donné et communiqué comme Personne divine : de sa Plénitude, le Christ, Seigneur, répand à profusion l’Esprit (cf Ac 2, 33-36). (CCC 731)

En ce jour est pleinement révélée la Trinité Sainte. Depuis ce jour, le Royaume annoncé par le Christ est ouvert à ceux et celles qui croient en Lui : dans l’humilité de la chair et dans la foi, ils et elles participent déjà à la communion de la Trinité Sainte. Par sa venue, et elle ne cesse pas, l’Esprit Saint fait entrer dans le monde dans les “derniers temps”, le temps de l’Église, le Royaume déjà hérité, mais pas encore consommé. (CCC 732)

La Pentecôte, c’est la fin du temps de Pâques et le début du temps ordinaire. Ceci dit, il ne faut pas oublier ce que commémore cette fête : la descente du Saint Esprit au Cénacle où étaient rassemblés des apôtres de toutes les nations. Ainsi, à chaque Pentecôte nous réactualisons cette descente de l’Esprit Saint dans le monde sur nous tous, puisque nous sommes toutes et tous appelé(e)s à être des apôtres du Christ dans le monde dans lequel on vit, peu importe notre état. En effet, la Pentecôte n’est pas seulement une commémoration de la descente du Saint Esprit au Cénacle, mais aussi la complétion de l’œuvre de rédemption, la plénitude de la grâce pour l’Église et ses enfants ainsi que le don de la Foi pour toutes les nations.

Le monde a besoin d’hommes et de femmes qui ne soient pas fermés sur eux-mêmes, mais remplis de l’Esprit Saint […] Le monde a besoin du courage, de l’espérance, de la foi et de la persévérance des disciples du Christ. Le monde a besoin des fruits de l’Esprit Saint : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi » (Gal 5, 22). Le don de l’Esprit Saint a été accordé en abondance à l’Église et à chacun et chacune de nous, pour que nous puissions vivre avec une foi authentique et une charité active, pour que nous puissions répandre les semences de la réconciliation et de la paix. (le pape François, durant son homélie de la célébration eucharistique de la Pentecôte en 2015)

Tel que le rappelle le Saint Père, l’Esprit Saint est notre motivateur qui nous renforce dans notre mission comme disciples du Christ et qui nous rend capables de vivre cette mission avec courage et enthousiasme.

Ainsi la mission de l’Église ne s’ajoute pas à celle du Christ et de l’Esprit Saint, mais elle en est le sacrement : par tout son être et dans tous ses membres elle est envoyée pour annoncer et témoigner, actualiser et répandre le mystère de la communion de la Sainte Trinité. (CCC 738)

Maintenant, c’est à nôtre tour, rempli(e)s des dons du Saint Esprit, d’être des témoins de cette mission. Cela ne signifie pas seulement de parler de Jésus, mais bien de rendre sa vie conforme à celle du Christ pour être des témoins vivants, de par nos actions, nos intentions et nos dispositions, du message du Christ et pour bâtir son Royaume et son Corps.

Nous avons vu la vraie Lumière, nous avons reçu l’Esprit céleste, nous avons trouvé la vraie Foi : nous adorons la Trinité indivisible car c’est elle qui nous a sauvés. (Liturgie byzantine, Tropaire des vêpres de Pentecôte)

Alléluia ! Alléluia !

Méditations sur l’Évangile d’aujourd’hui

Évangile selon saint Luc, chapitre 9, 22-25

Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »
Il disait aussi à la foule : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence ? »

Méditations

C’est un passage qu’on n’aime pas écouter très souvent ou qu’on lit rapidement : pourtant il est d’une grande richesse. On voit comment Jésus cherche à préparer ses apôtres. Il vient de rassasier une foule entière en multipliant cinq pains et deux poissons. Il montre sa toute-puissance par les nombreux miracles qu’il fait. Les foules sont attirées par lui et ses apôtres sont subjugués. Pierre vient de proclamer que Jésus est le « Christ de Dieu » (Lc 9, 20) quelques versets plus hauts. C’est une proclamation de foi, mais encore une déclaration de foi très humaine. Comment ne pas croire en celui qui fait tant de prodiges ! C’est la déclaration de foi de l’Église naissante. Toutes deux sont en germe. Comme il est dur à l’homme de continuer à croire en la divinité du Christ, quand celui-ci s’abaisse autant ! Quelle contradiction pour les apôtres : tant de miracles, tant de pouvoir, tant de succès, pour finir par un tel échec et une telle impuissance ! Jésus veut les prévenir, leur montrer sa souveraineté, même dans la Passion. Il est Roi et Fils de Dieu dans l’éclat de sa transfiguration comme dans sa Passion, mais cela, seule une foi profonde peut le proclamer. Jésus accueille la première déclaration de foi de son Église et lui présente la plénitude de cette déclaration, lors de sa Passion et de sa Résurrection.

Jésus poursuit en unissant tout chrétien à sa vie. C’est lui qui a choisi de régner, de sauver et de manifester son amour de cette façon et il nous invite à faire de même. Cette façon de faire est un mystère, qu’on n’aura jamais fini de comprendre mais que, pourtant, on expérimente dans notre vie. Suivre le Christ demande des renoncements, demande d’aller à contre-courant, demande d’accepter sa propre condition humaine dans toutes ses limites, comme lui l’a acceptée. C’est important qu’en tant que chrétiens nous soyons conscients que notre amour, à l’image de notre foi, passera par la souffrance et le doute pour arriver à sa plénitude. On peut se demander : de quelle façon ma foi influence-t-elle les décisions que je prends dans ma vie ? Le livre du Deutéronome, dans la lecture du jour, dit : « Je te propose aujourd’hui de choisir ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur (…) choisis donc la vie, pour que vous viviez toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu ».
Il y a un choix à faire et Jésus nous prévient que ce choix n’est pas facile, mais qu’il en vaut la peine : après sa Passion il y a sa résurrection, au-delà de notre croix, il y a la vie éternelle. Comment faire ce bon choix et comment avoir la force de vivre ainsi ? Le livre du Deutéronome nous parle d’amour envers Dieu : « Aime le Seigneur ton Dieu ». Seul le dynamisme de l’amour nous pousse à renoncer à nous-mêmes pour celui qu’on aime. Demandons à l’Esprit Saint qu’il nous envahisse de cet amour.

Jeanne Mendras, consacrée de Regnum Christi

La foi mène à l’amour et au bonheur

Cette tragédie se répète jour après jour jusqu’à la fin du monde : le Christ est là qui révèle l’amour du Créateur et Père, mais les hommes ne veulent pas s’ouvrir à la réalité de la grâce de Dieu. Le bonheur qu’ils cherchent, le repos que leur cœur désire est là, à portée de main, mais ils n’ont pas reconnu le don qui leur était offert. Ils ont refusé la foi et le don de l’amour.

Nous avons à être fidèles à ce qui donne sens à toute notre existence et à transmettre le message que le Christ a confié à ses apôtres, à ses disciples et à tous ceux qu’il a rassemblés en son Église. Il nous est demandé d’être « un comme son Père et lui sont un » : écoutons-le, et demandons-lui de nous envoyer son Esprit, pour que nous sachions comprendre sa Parole, la laisser germer en nous et la transmettre à tous les hommes de bonne volonté qu’il mettra sur notre chemin.

Prières du jour

Dieu éternel et tout-puissant, en ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, tu as fondé ton Église sur les douze Apôtres et tu la maintiens dans la succession apostolique, unie et ferme autour du successeur de Pierre. En cette fête de saint Simon et de saint Jude, nous voulons te bénir dans ce temple spirituel qui est ton Église et notre Église, nous voulons te glorifier en reconnaissant son unité et notre mission en son sein.

Jésus, sagesse de Dieu le Père, donne-moi de te reconnaître dans ma vie quotidienne comme celui qui m’appelle ; donne-moi de connaître ton choix et de faire l’expérience de ton amour, pour remplir d’amour le temps qui s’écoule.

Ô Jésus, tu es le Maître et Seigneur de ma vie ; vers toi je crie, viens me toucher, viens me délivrer de la paralysie et des ténèbres. Ta lumière brille dans le Temple de ton Église ; je veux y rentrer plus profondément, alors que je ne suis qu’un misérable pécheur. Je veux monter vers ta montagne sainte et m’approcher de ton autel, pour te louer jusqu’à la fin de mes jours. Amen.

Prières du jour

Ton royaume, Seigneur, est celui du petit dont l’humilité désarme l’orgueil du puissant. Je renouvelle mon adhésion à toi, Dieu le seul, et je renonce à Satan, à toutes ses œuvres et séductions. Je veux me ressourcer dans le brasier de ton amour, pour te reconnaître dans ce que tu m’as donné.

Donne-moi, Seigneur, un cœur d’enfant, qui sache accueillir la Parole de ton royaume et en devenir serviteur et gérant, attentif au souffle de ton Esprit.

Jésus-Christ, mon Seigneur, avec toi je rends grâce à Dieu le Père pour le don de l’Esprit, qui fait son œuvre dans notre Église et en-dehors. Aide-moi à être un fidèle serviteur de tes mystères et un disciple missionnaire rempli d’ardeur à annoncer ton Évangile dans la joie. Que la création toute entière reflète la gloire de Dieu. Amen.

Prières du jour

Donne-moi, Seigneur, de te rencontrer dans ma vie et de te servir, pour retrouver un sens surnaturel, comprendre et accomplir ma mission. Purifie mes attentes de valeurs qui passent et transforme les en espérance des biens impérissables.

Jésus, mon Seigneur et mon Dieu, donne-moi, en te suivant, de reconnaître ton humanité dans la divinité des mystères sacrés de la foi et de la vie en Église et de reconnaître ta sainte humanité dans les relations avec mes frères et sœurs, prochains ou lointains.

Résolution du jour

Pensée

Au cours de l’histoire de l’Église, certains ont parfois voulu réduire le message de Jésus à des fins purement terrestres. Ils ont alors malheureusement laissé de côté le plus important. Dans cette vie nous nous préparons à entrer dans la vie éternelle, la véritable vie, la vie en plénitude. Et pourtant Jésus n’a cessé de le répéter. Et ceci, bien que nous le sachions, nous pouvons facilement l’oublier, et vivre comme si cette vie était la plus importante. Portons notre regard vers le Ciel. C’est là notre vraie patrie.

Résolution

Vivre en ayant conscience que tout ne se termine pas en cette vie et essayer de vivre en tenant plus compte de la vie éternelle.