Méditations sur l’« après-péché »

Lorsque je m’enfonce dans mes propres péchés et que l’un conduit irrémédiablement à un autre, quelle est mon attitude ? Est-ce que, cultivant la tristesse de ma chute, je m’enlise dans un esprit négatif et fataliste ? Est-ce que je refuse indirectement, mais bien réellement, de me tourner vers la bonté de Dieu sous prétexte que de toute manière je n’en suis pas digne, que je retombe toujours dans les mêmes faiblesses et que je n’y arriverai jamais, que j’ai essayé trop de fois ? Ou bien, aussitôt tombé, ai-je le réflexe de m’offrir joyeusement au pardon de Jésus afin de ne pas le priver de sa joie de faire miséricorde ? Rappelons-nous le verset de Luc 15, 7 : « C’est ainsi, je vous le dis, qu’il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent (…) ». Le sacrement de réconciliation pardonne, purifie et fortifie ! Il fortifie justement les aspects de ma vie qui sont faibles et fragiles.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s